lundi 30 mars 2009

DOSSEN

AVIS A LA POPULATION

Un homme ressemblant à celui là


A été vu,…,shooté dans « Surf report » rubrique « DOSSEN »
Si vous le connaissez, attention !!!!!
il aime le scalpel et autre instrument de torture de ce genre
sinon….
Appelez le « DOC JACOB ! »

T’es un king doc …

samedi 28 mars 2009

Fred & Aurélie à Noosa



Bonjour à toutes et à tous,
Après cette belle interview d’Alby Falzon et avant l’interview exclu de Céline Chat pour la semaine prochaine ; un point rapide sur les résultats du



Noosa festival of Surfing
Qui s’est déroulé au mois de mars au pays des kangourous (compétitions très complète, allant du longboard au tandem, homme, femme, enfant, chat, chien enfin tout quoi !!!!)

- longboard men = victoire de Taylor Jensen
- longboard ondine = victoire de Chealsea, Wiliams

et surtout spéciales félicitations pour Fred et Aurélie, que nous connaissons bien ici au Dossen ; qui ont remporté la catégorie surf Tandem
- tandem = victoire Française avec Fred & Aurèlie



en passant allez jeter un coup d’œil sur le site :
nalu-surf.com

mercredi 25 mars 2009

Albert Falzon : suite et fin


Bonjour à toutes et à tous et désolé pour ce léger retard.

Pour infos de nouvelles photos sont disponibles dans l'album 2009, peut-être que vous êtes dedans alors n'hésitez pas à jeter un coup d'oeil.

De nouveaux liens son
t apparus, nous sommes donc fier de vous montrer nos nouveaux partenaires pour le Beautiful Day qui je le rappelle sera le 13 Juin 2009 dès 9 heures du matin. Je peux vous dire déjà qu'il y aura du monde voir du beau monde, j'en dirai plus très bientôt.

Pour l'instant, la suite et la fin de ce beau moment avec Albert Falzon...

Longboard Dossen : Il n’y a pas de commentaire dans MOTE. C’est exactement le contraire d’Endless Summer ?

Albert Falzon : J’ai toujours pensé que c’est la musique qui met en valeur un film. Cela admis, tu choisis la musique qui convient, il y a davantage d’émotions et tu transcendes les barrières de langues. Je pense de plus que ça inspire davantage et que ça parle à l’âme.

LD : La bande son est très impressionnante, en phase avec la musique de l’époque, mais faite par de parfaits inconnus. Etait-ce un choix ?

A.F : En fait, certains musiciens avaient déjà une carrière derrière eux, tandis que d’autres étaient en effet inconnus mais comme surfers, ils étaient connus dans la communauté du sport. Ils avaient tous une affinité avec les images du film. Je montais des séquences et ils vivaient avec quelques semaines et composaient la bande-son

LD : Des regrets de ne pas avoir Pink Floyd dessus ?

A.F : Non, la musique de Pink Floyd était plus appropriée pour Crystal Voyager

LD :Le re-sortie récente du film s’accompagne de la bande-son jouée live par quelques uns des musiciens originels. Est-ce enfin leur chance ?

A.F : C’est un superbe expérience de voir le film avec de la musique live. Quelques uns des musiciens du début sont là-Brian Cadd, G. Wayne Thomas et Tim Gaze de Taman Shud. Il y a aussi quelques jeunes chanteurs qui apportent une nouvelle dimension sur scène. Liam et Old Man River sont d’excellents artistes, complètement en phase avec l’esprit du film et de la musique. Il y a un groupe de rock avec huit musiciens, un orchestre de cordes(ils sont quatorze !) et deux choristes. Tout cela produit un super son. Les spectacles que nous avons faits en Australie ont eu beaucoup de succès, peut-être que le show viendra en France


LD : Parlez-nous un peu de « vos »surfers

A.F : Nous n’avons pas réellement choisi des surfers particuliers pour le film. C’étaient juste des copains et des gars avec qui je trainais. Quelques uns comme Chris Brock vivaient dans le coin et d’autres, comme Michael Peterson sont arrivés pendant que nous tournions. Je filmais Terry Fitzgerald à Kirra et Michael a déboulé et voilà ! Il a pris des super vagues et j’étais là. Un heureux hasard…


LD : Il n’y avait pas de Pro Tour à l’époque. Comment étaient Michael, Gerry, Nat ? Imaginaient-ils le devenir du surf ?

A.F : Je n’étais pas du tout intêressé par le surf de compétition. Ou par la compétition tout court. Elle ne révèle pas forcément le meilleur visage d’un individu, et de nous jours c’est davantage un outil du marketing pour faire vendre

Sans doute certains des surfers du film étaient des compétiteurs-nés. Nat l’était sûrement, je n’en suis pas certain pour les autres. Certaines personnes aiment la compétition, c’est dans leur nature, alors que d’autres veulent vivre l’esprit libre. Je pense que c’est finalement le plus important, être un esprit libre
. Pour moi, la compétition n’est pas une façon naturelle de faire les choses.


LD : Nous avons noué quelques liens avec la famille Young (Beau et Nava). Voulez-vous que nous leur transmettions un message ?

A.F : Nous créons nos propre réalités. Quoi que nous voyions nous l’avons dans l’esprit, le monde est comment nous faisons coïncider vision et action, individuellement et collectivement. Nous sommes tous interconnectés.
Ne soyez pas agressifs en pen
sée, vivez une vie simple, donnez le plus que vous pouvez et entourez vous d’amour.

LD : Morning Of The Earth paraissait très idéaliste en 1972. Diriez-vous que c’était un film écologiste ?

A.F : C’est un film sur la beauté du monde… vivre en harmonie avec la nature. Les plus
beaux surfers sont ceux qui se fondent dans la vague, qui se mélangent à elle sans effort.

Ils ne la combattent pas, n’essaient pas de la dominer ou de la surfer sans amour en eux.

De façon humble, le film témoigne de cela et c’est ça qui en fait la
qualité au-delà du temps

LD : Les endroits que vous avez filmés ont beaucoup changé. Etes-vous nostalgique ?

A.F : Je vis dans l’instant et j’étreins totalement l’instant
LD : Est-vous déjà allé en France ?

A.F : Oui, une fois, pour visiter la maison et le jardin de Paul Monet, à Giverny


LD : Voudriez-vous ajouter quelques mots ?

A.F : Donnez de l’amour, sans conditions

Albert Falzon et Ronan "Doc Jacobs", Longboard Dossen, janvier 2009

Un grand merci au Doc et surtout Thank you so much for all your kind Albert, we hope to see you soon and why not there in our wild country. You will be welcome. Send us some news of your projects if you have time and it will be a real pleasure to send the information here. Take care and enjoy waves.

jeudi 19 mars 2009

Albert Falzon sur Longboard Dossen 2

Bonjour à toutes et à tous comme promis la suite de l'interview avec Albert Falzon.

Longboard Dossen : Morning Of The Earth semble être davantage qu’un film de surf, plutôt une expérience sonore et visuelle. C’était voulu ?

Albert Falzon : Je voulais juste faire un beau film sur ce que j’aime : surfer. Et à ce moment là, faire Morning Of The Earth était ce qu’on pouvait faire de mieux.



LD : Aviez-vous une formation artistique pour vous guider dans cette expérience formelle ?

A.F : Il est important de faire ce que tu aimes…penser à ce que tu aimes faire. Pour moi, c’était peindre des images avec ma caméra. Si j’avais vécu 200 ans plus tôt en France, peut-être aurais-je été peintre. Maintenant, la caméra est l’outil moderne pour peindre des images, et vraiment pas de besoin de beaucoup de formation artistique, ça s’apprend vite-c’est TA vision qui compte, ce que tu vois, et la lumière…Comprendre la lumière et ses variations subtiles fait les grands films ou les grandes photos.

LD : Vos relations à l’Art sont fortes. Peu de gens connaissent vos relations avec Brian Eno.

A.F : Nous avons fait quelques prises au Cachemire-en suivant les cours d’eau. C’est un pays-jardin, magnifique. Dans le même temps, nous sommes allés le long du Gange pour filmer le rassemblement sacré du Kumbha Mela. C’est le plus grand pèlerinage du monde, qui a lieu tous les douze ans. Des centaines de milliers de Saddhus (les hommes saints)se retrouvent là. C’est un rassemblement très spectaculaire. Nous en avons fait un film qui s’appelle « Same as it ever was », et portés par notre bonne fortune, nous avons pu utiliser la musique de Brian Eno des Talking Heads, et de Harold Budd, compositeur de musique contemporaine et d’ambiente.

La première partie du film est une promenade méditative sur les cours d’eau du Cachemire qui en fin de compte se transforme en imagerie bizarre du Kumbha Mela avec comme trame la musique de l’album des Talking Heads « Remain in the light ». C’est un film très surréaliste. Quand je suis allé voir Brian Eno pour lui montrer un pré-montage du film et demander l’autorisation d’utiliser quelques uns de ses mo
rceaux, et bien que plusieurs personnes m’aient dit des choses bizarres sur Brian, je ne les ai pas réellement ressenties en écoutant ses premières compositions d’ambient-classique. C’est assez incongru d’être un genre de drogué un peu « bizarre » et de produire des musiques aussi magnifiques.Il a visionné le film et m’a dit qu’il avait été approché par de nombreux réalisateurs qui voulaient utiliser sa musique, et dont les films étaient soit excessivement dramatiques soit trop agressifs, alors que je lui montrais un film classiquement simple, presque zen. Il l’a aimé et m’a dit l’avoir regardé une douzaine de fois en quelques jours.

ci-contre, Harold Budd et Brian Eno.

« Plateau Of Mirror » d’Harold Budd, produit par Brian Eno, que nous utilisons dans le film est de loin mon album favori.

LD : George Greenough n’a pas seulement dessiné des planches et des ailerons, mais également tourné deux films :« Innermost Limits of Pure Fun » et « Crystal Voyager ».Est-ce une de vos influences ?

A.F : George a un caractère très excentrique. J’ai eu la chance de passer un an à Santa Barbara avec lui sur le tournage de Crystal Voyager. La plupart du temps nous étions tous les deux et je l’aidais à construire son bateau tout en filmant des séquences du film. Souvent nous allions sur des îles privées au large de Santa Barbara, appartenant à de riches californiens, pour surfer.
Tant que nous ne franchissions pas la limite de la marée haute sur la plage, nous pouvions surfer là-bas, sans personne hormis les dauphins, qui nous accompagnaient à chaque fois. Et bien sûr, en surfant depuis son bateau, jamais nous ne franchissions la limite de leurs propriétés.
C’était le bon temps et j’ai un immense respect pour George. En plus de son incroyable façon de filmer le tube, c’était juste super de traîner avec lui.

LD
: Diriez-vous qu’à votre tour vous avez influencé Andrew Kidman ?

A.F : Il y a une magnifique lumière en Australie. On s’en rend compte quand on voyage ailleurs. En Europe, elle est douce et subtile comme en Asie ( bien qu’ici cela aie beaucoup à voir avec la pollution). L’Australie a une lumière forte virtuellement à l’abri de la pollution et en plus nous avons quantité de paysages « vides », sans trace humaine, c’est un paradis pour photographier la nature. C’est pourquoi les cameramen australiens sont demandés partout dans le monde. Ils sont capables de trouver et de travailler la lumière naturelle plus que tous les autres.

La suite ce week-end...

vendredi 13 mars 2009

Albert Falzon sur Longboard Dossen

Bonjour à toutes et à tous sous ce beau soleil qui aujourd'hui inonde nos côtes bretonnes avec l'espoir qu'il en est de même pour tous les autres qui nous suivent un peu partout ailleurs.

Avant tout je tiens à remercier toute l'équipe qui travaille ici pour longboard dossen, je remercie aussi toutes celles et ceux qui surfent simplement parcequ'ils sont bien dans l'eau et je remercie enfin celles et ceux qui ne surfent pas mais qui viennent découvrir cet univers empreint d'iode, de rêve, et surtout de beaucoup de plaisir.

Chose promise chose dû même si c'est avec un peu de retard du fait de nos récentes perturbations.

Albert Falzon est aujourd'hui avec nous et donc pour vous petits veinards que vous êtes.

"Alby" est né en 1945. Pour replacer les choses Albert Falzon est avant tout réalisateur mais aussi photographe et écrivain. On lui doit entre autre le film culte réalisé en 1972 "Morning Of The Earth", mais aussi la revue "Tracks" perçue à l'époque comme la bible du surfer.

Je laisse la parole donc à Doc Jacobs qui a réalisé l'interview et Albert Falzon...

Salut Alby, Ronan « Doc Jacobs » de Longboard Dossen C’est un grand plaisir de vous interviewer en tant que réalisateur de l’un des plus célèbres films de surf « Morning Of The Earth »

Longboard Dossen : Quel âge aviez-vous en1972 ?

Albert Falzon : Nous sommes tous plus vieux que nous nous l’imaginons l’âge n’a rien à voir à l’affaire. C’est la créativité, basée sur l’amour de ce qu’on fait (c’est exactement la même chose, vraiment), qui compte.

LD : Avant de tourner Morning Of The Earth, aviez-vous déjà fait des films de surf ?

A.F : Je travaillais avec Bob Evans le grand-père du film de surf en Australie comme assistant. Un jour qu’il devait partir à Hawaï pour filmer les gros swells de l’hiver pour un prochain film, un problème familial l’obligea à me demander d’y aller à sa place. J’ai passé un mois dans les îles avec David Treloar et Midget Farrely et filmé les vagues géantes du North Shore d’Oahu en hiver ainsi que les belles vagues d’Honolua Bay à Maui. Nous avons utilisé ces séquences dans son film. C’était une grande expérience et mon premier voyage à Hawaï.

LD : Vous êtes également photographe. Y a-t-il des recueils de vos œuvres ?

A.F : Je travaille à un livre sur mes œuvres en ce moment. Il passe en revue un large éventail d’images et d’anecdotes de vingt ans de réalisation de films sur le surf mais aussi sur les grands rassemblements religieux dans le monde entier. Il comprend aussi de belles photos pleines de spiritualité, prises au Tibet, au Sahara, en Inde, aussi bien que des images des premiers Tracks(Tracks, magazine de surf australien NdA). Tout cela dans un format moderne, type agenda.

LD : Les films de surf sont souvent faits par des surfers. Etes-vous aussi des nôtres ?

A.F : Quand j’ai commencé à surfer, j’avais une caméra dans la main, donc mes deux passe-temps favoris sont devenus mon but dans la vie. Oui, vraiment, c’était le but de ma vie, et je m’éclate !

LD : Qu’avez-vous dans votre quiver ?

A.F : Actuellement je surfe un 5’10 » double ender de Chris Brock, une sorte de petit skate. très réactif, qui tourne très bien et aime les vagues qui poussent un peu. Je me souviens de Chris disant que quand on a une planche qu’on aime vraiment, on surfe beaucoup plus. Ca a marché pour moi !

J’ai aussi un fish Morning Of The Earth shapé par Simon Jones en Australie. C’est une planche super rapide et je l’adore. J’ai surtout surfé ces deux-là les deux dernières années. J’ai aussi plusieurs planches Outer Islands shapées par Mitchel Rae sans aucun doute le meilleur shaper du monde aujourd’hui. Ses planches sont des chefs d’œuvre faites pour les vagues parfaites d’Hawaï, d’Indo, je les surfe pour ma part à Bali.

LD : Vous surfez encore beaucoup?

A.F : C’est quasiment un job à temps complet. Quelqu’un me demandait au line-up l’autre jour si je n’avais rien de mieux à faire que surfer, il avait quelque chose à me reprocher sans doute, je n’ai pas répondu tout de suite, puis je me suis tourné vers lui en rigolant et je lui ai dit « non, je n’ai rien de mieux à faire » c’était un jour normal à 6-8 pieds, parfaitement propre …Qu’y a -t-il de mieux ?...


La suite dans les jours qui viennent...

jeudi 12 mars 2009

EVENEMENT

...........EVENEMENT............
.....Sur Longboard Dossen....
...................J-1.......................

lundi 9 mars 2009

compétition à Perros

Ce week end s’est déroulé la 1ere compet de Longboard de l’année du coté de Perros Guirec sur la plage de Trestraou (22).
Pour ce qui est des finales, de belles conditions de surf ; donc pari réussi pour le « 7islandsclub » qui organisait cet événement.

- En SUP victoire de Sylvain PLADYS
- Chez les ondines victoire de Léna LE FRAPPER
- Et en longboard « mâle » victoire de Mathieu MARECHAL





l’équipe du Dossen n’étant pas chauvine, nous y étions et avons apprécié cette belle initiative difficile à mettre en place alors
BRAVO aux organisateurs



jeudi 5 mars 2009

Modifications

Bonjour à toutes et à tous

et merci de nous retrouver ici dans ce nouveau concept.
Tout d'abord nous vous confirmons que la date du 13 Juin est définitivement arrêtée pour le "Beautiful Day" pour sa seconde édition. Nous espérons que toutes les conditions serons ainsi réunies pour cette belle journée sous le signe du seul rassemblement de longboard et de retro-boards en Bretagne.


Pour le reste vous observerez que le site a évoluer.
Au programme :
- un peu de musique histoire de vous rendre la navigation plus agréable (attention donc à celles et ceux qui consultent le site au boulot !). Une palanquée de style variés qui seront remis à jour de temps en temps.
- de nouveaux liens sont disponibles et seront eux aussi remis à jour souvent. Vos suggestions sont les bienvenus pour la suite car cette page est aussi la votre.


A venir : Albert Falzon interview en exclu (Morning of the Earth) et la talentueuse Céline Chat qui nous honorera de sa présence ayant elle aussi bien voulue répondre à nos questions. Bonne nav, bons swells et à très vite.

dimanche 1 mars 2009

compétition

Juste un petit mot pour vous signaler que le week end du 7 et 8 mars se déroule sur la plage de Trestraou à Perros-Guirec (22) :
La 1er coupe de Bretagne de Longboard et SUP de l’année 2009
compétition organisée par le seven islands surf club (22)



épreuves de Longboard Open, Ondines et SUP

alors le week-end du 7,8 mars allez encourager les compétiteurs

vous trouverez tous les détails de la compet sur le site « 7islandsurfclub.com »



merci au 7islands surf club qui ouvre le bal des compet de Longboard