jeudi 29 avril 2010

MIACS 4


Bonjour à toutes et à tous,

Une partie de l'équipe ne sera pas présente pendant quelques temps pour cause de... vacances ???
C'est ainsi dès la semaine prochaine que les portes de la halle D'Iraty ouvrira ses portes à 53 artistes d'un peu partout dans le monde. Autant dire que l'événement devient une référence en Europe.

Toutes les disciplines artistiques seront ainsi représentées : peinture, photographie, illustration, sculpture etc...

Pour les dates : du 8 au 17 mai 2010 à la halle d'Iraty à Biarritz (pas loin de la gare et de l'aéroport).

Qui y sera ?
Là encore cela reste une surprise et des surprises il y en aura en terme de créations. Sachez en plus que le parking et l'accès sont gratuits.

Alors si vous êtes en trip pour le pont ou si tout simplement vous voulez découvrir l'un des seuls sports qui dispose d'une culture artistique propre à savoir le surfing et que vous êtes dans les parages de Biarritz, passez vous détendre et faire un tour. Et qui sait, avec un peu de chance vous croiserez peut-être certains exposants sur quelques vagues basques...

Bon MIACS à eux.

Quand à ceux qui partent, ils reviendront très bientôt !

On vous laisse juste avec quelques morceaux de choix des Kings of Convenience, histoire de vous évader un peu plus, histoire de respirer un peu mieux et qui sait sentir presque un léger vent thermique idéale pour une session, venant vous chatouiller le coin du visage derrière votre ordinateur.

dimanche 18 avril 2010

De la folie au plaisir ...

Aujourd’hui, c’est une femme de surfeur qui a l’honneur de prendre la plume (ou plutôt le clavier), et je remercie chaleureusement les hommes, qui ont eu cette généreuse idée, de laisser le champ libre aux dames.

En temps qu’épouse et admiratrice de la discipline, j’avoue tout de même, que parfois je me pose des questions quant à la santé mentale de tous ces fous de la glisse.
Oui « FOUS » je n’ai pas d’autre mot.

En effet, je souhaite vous faire part de mon avis sur toutes ces sessions ratées ou impossibles. Qui malgré tout n’ont pas découragé les hommes.


Lorsque la température de l’eau ne dépasse pas les 10°C, celle de l’air approche du zéro et que certains jours, la tempête fait rage et la mer est particulièrement déchaînée.
« ils » sont là, fidèles au rendez-vous.

Toujours prêts à se geler le popotin (sans mentionner le reste) et à se prendre quelques gaufres impressionnantes et parfois dangereuses, il faut le dire.

Et encore, j’ose à peine parler de la maladie, lorsque le surfeur, qui tousse depuis 1 semaine et dont la fièvre ne cesse d’augmenter, a clairement l’intention d’aller à l’eau, car les conditions sont « parfaites » et qu’il est hors de question de rater une seule session.

Et ces sessions qui durent, qui durent… Lorsque nos surfeurs préférés sortent de l’eau, nous nous attendons à la phrase « c’était super ! », au lieu de ça, ils nous annoncent un « ouais bof, pas terrible, vagues molles », mais pourquoi sont-ils restés si longtemps dans l’eau alors ?!!!!

Dans tous les cas, on se pose des questions… est-ce que ça tourne rond là-haut ??? Ont-ils ce que l’on appelle tout simplement « un pèt’ au casque » ?
Ils sont tous prêts à se transformer en glaçon géant, à braver la tempête et la maladie, à rester des heures à attendre « la vague ».
Tout ça pour quoi ??!!?? Hein ??!!?? Je vous le demande ??!!?? Pour glisser sur l’eau ??!!?? Mais quelle idée farfelue !!

Puis un jour j’y ai goûté, et malgré cette unique et douloureuse expérience depuis laquelle mon tibia et mon péroné restent encore endoloris, je dois admettre que ces 20 minutes de glisse avant ce stupide accident m’ont procuré des sensations extraordinaires, et j’ai tout simplement adoré.
Je ne peux plus affirmer que je ne retenterai pas un jour cette expérience. Même si pour l’instant je suis encore un peu refroidie, au fond de moi, je sais qu’un jour je vaincrai mes appréhensions, et cette furieuse envie de revivre le plaisir de marcher sur l’eau sera la plus forte.


Enfin, aux beaux jours par contre, avec une température dite normale. Je ne suis pas encore complètement « pétée du casque », moi. Hi hi hi !

Cilou

samedi 10 avril 2010

Déco...

Bonjour à tous et à toutes,

Soleil de rigueur et petites conditions un peu partout voir inexistantes à certains endroits.

Certains goûtent au plaisir d'une bonne session en skate ou en longskate, d'autres pensent plutôt à leur surf qui mériterai une petite décoration.

On vous propose donc un petit guide de la décoration faite maison sur supports résinés avec les conseils de notre artiste local.

C'est vrai qu'on peut se lasser d'une board ou d'un plateau de skate qui n'est pas décoré. Parfois on va même jusqu'à construire sa propre board, mais quand est-il de la décoration ?
Quand on est pas adepte de la résine et surtout quand on ne la connait pas, comment gérer pour faire quelque chose de sympathique ?

"Ma première décoration était pour un longskate que je voulais offrir à mon amie. J'avais acheté ce dernier sur un site d'enchères en ligne à un prix plus que raisonnable.
Mais il fallait le retaper un peupour lui donner une seconde vie. Après l'avoir poncé, je l'ai emmené chez un shaper pour le résiner avec l' application d'une couche de fibre afin de garder le flex et de renforcer la structure.

Ayant récupérer le plateau deux possibilités s'offraient : soit travailler à la gouache mais sans utilisation d'eau ou alors très peu , soit d'utiliser des feutres Posca. Ces derniers sont utilisés souvent par les graffeurs mais aussi pour les loisirs créatifs. De nombreux shapers aussi les utilisent notamment lorsqu'il faut travailler sur des pinelines ou autres décoration nécessitant de la précision.

Pour le skate, j'ai utilisé de la gouache que j'ai vernis ensuite.
Ce qu'il faut savoir et peu importe le support et la technique c'est qu'il faut bien poncer sa surface avec un grain fin pour maximiser l'accroche de votre création. Ensuite exprimez tout votre talent.
On peut aussi travailler au pochoir mais attention, travaillez avec minutie sinon vous risquez de "baver". Pour délimiter des zones de travail, vous pouvez utiliser de la bande cache, ou scotch de peintre. Quand votre décoration est finie n'oubliez pas de vernir.
Dans le cas du skateboard peint à la gouache, j'ai appliqué 4 couche de vernis gouache au pinceau. Comme une résine, il faut bien tirer ce vernis de façon homogène afin d'éviter des bulles d'air.

Concernant les surfs ou longboards, j'ai utilisé le feutre Posca. (technique que l'on retrouve aussi chez la marque Lost).

La démarche est exactement la même : ponçage, esquisse, pose des couleurs, vernis.
Mais attention tenez bien compte de votre support. En effet, si vous travaillez sur une résine époxy, il ne faut pas mettre n'importe quel vernis ! Sur de l'époxy on met un vernis époxy, et inversement sur une résine polyester, on utilisera un vernis PU (ou vernis polyester).
Certains vont même jusqu'à utiliser du vernis pour jante de voiture.

Le cas échéant pour un surf c'est un vernis PU satin en bombe. Ainsi, quand vous utiliser une bombe, il faut travailler d'abord à l'horizontale puis à la verticale, éventuellement travaillez en croisant en plus afin d'être le plus homogène possible.
Pour terminer et comme le skateboard j'ai appliqué quatre couches ce qui est un minimum.

Que ce soit un surf, un longboard, un paddle, un pad pour le bodysurf, un stand up etc... Ces deux techniques vous aiderons à personnaliser simplement votre board.

Bonne décoration !

Retrouvez Ronan sur :
Blog : http://www.art.longboard.overblog.com
Facebook : http://www.facebook.com/pages/Ronan-Guivarch-Surf-Art/39954131949

samedi 3 avril 2010

BARREL


Une petite info
Si vous êtes du coté de Bordeaux ce week-end, plutôt que d’aller faire « la route des vins » …pour une fois …Dimanche après midi traîner du coté d’Andernos, du Cap Ferret et plus particulièrement au lège Cap Ferret.. au 20 rue Agosta… ben là on peut pas être plus précis !!!
Il y a un atelier de shape : Barrel Surfboard
Alexandre fête ses 04 ans … enfin les 04 ans de Barrel son atelier
Allez-y vous y découvrirez tout d’abord un shaper sympa qui vous fera visiter son atelier voire même si vous êtes pas trop #"* !!! vous payera une bière !!!
Il y aura la projection du film « les amis de la plage »
Des expos de peintures, photos, sculptures etc (d’ailleurs notre Ronan st Politain y expose !!)
Enfin, « ya moyen de passer un bon dimanche quoi ! »

PS : si vous êtes nul en géo : si vous venez du pole nord, vous passez Bordeaux et ses embouteillages, puis vous prenez sur la droite direction l’océan et vous y êtes ! de rien !

jeudi 1 avril 2010

Actu Musicale

Le Printemps s'éveille tranquillement sous un soleil qui se veut de plus en plus présent et cela nous fait du bien. Le swell devrait être de plus en plus présent pour les jours à venir, une chose est sure, il faut en profiter.

Qui dit soleil dit aussi écouter la musique qui va avec histoire de sortir de cet hiver qui nous a laissé sur notre faim avec très peu de belles sessions.
Il y'a quelques temps déjà nous parlions de ce groupe australien dont l'album "Sunrise over seas" nous avait littéralement conquit et emporté par ces sons folks, sur les terres brûlées australiennes. John Butler Trio revient ainsi avec un nouvel album que vous êtes déjà en train d'écouter ici.

Une chose est évidente : ne vous attendez pas à retrouver un album similaire au précédent opus. Mr Butler s'arrache et revendique, il clame même. Profondément engagé et dénonçant certaines choses. On y sentirai presque un brin de révolte.

Des sons rock'n'roll viennent ainsi parsemés cet album quelque peu déroutant pour les "addicts" de la 1ère heure. Néanmoins, on sent nettement que les choses se posent petit à petit même si des délires comme sur "C'mon now" n'est pas sans nous rappeler les influences d'Uncommonmenfrommars, ou encore des influences Rock classique sur le morceau "Close to You" ou John fait résonner sa Telecaster électrique.

Bref en résumé :
Sans être "l'album de l'année" April Uprising (traduisez Soulèvement d'Avril) nous emmène dans pas mal d'endroits comme l'Afrique, la Jamaïque etc... Et nous fait un peu planer dans des sphères bien lointaines avec un très beau morceau saluant certainement les airs aborigènes : a "Star is Born" qui clôture cet opus. Méditez, écoutez et laissez-vous bercer... Comme on est gentil vous trouverez 2 bonus tracks dans la playlist.

Autre groupe moins connu, mais qu'il est intéressant à découvrir : Smooth.


Du talent à l'ouest, on savait qu'il y a avait mais là, il y a de quoi être surpris.

A la première écoute de ce groupe français de Nantes et de son nouvel album "The Parade", on a l'impression de partir sur un travelling de film. Mais cette dernière ne dure que peu de temps.

Qui est Smooth et comment peut-on définir ce groupe et cet album ?

Electro-Eclectique, surprenant, désabusé, décalé... Le mieux serait de les qualifier de "bidouilleurs" en tout genre tellement les styles sont variés sur cet opus qui se veut pour un troisième album, une belle concrétisation dans le style. Cela dit, c'est tout un monde qui se dessine sous les sons qui nous emportent dans un univers intime bien à eux. Un peu blues, un peu funky, un peu rock, un peu big beat, un peu de tout mais surtout bien ficelé avec des influences diverses.


A découvrir donc après une bonne session.